Les Amis de Franz Stock

 

Grâce à la récente réalisation d’un nouveau film de grande qualité, le Séminaire des barbelés à Chartres, dont Franz Stock a été le supérieur de 1945 à1947, revient dans l’attention générale.

Plus de 900 prisonniers de guerre allemands ont vécu là dans les conditions difficiles de l’après-guerre, le froid, la faim, le manque de nouvelles de leur famille. Mais c’est là que plus de 600 se sont préparés à être prêtres. 

Pour la première projection publique de ce film, le lundi 23 janvier 2017, un lieu emblématique fut choisi : la Maison Heinrich Heine de la Cité universitaire de Paris, lieu du dialogue franco-allemand. En deuxième partie de cette soirée, le réalisateur, M. Fusellier, expliqua comment ce film, résultat de trois années de travail, avait vu le jour. Il était entouré par deux témoins exceptionnels : deux Chartrenser, comme s’appellent les anciens de ce Séminaire derrière les barbelés : le P. Remigus Nordman, 93 ans, moine bénédictin, et le P. Kuhnle, 90 ans, évêque auxiliaire émérite de Stuttgart.

Mardi 24 janvier, les deux anciens prisonniers de guerre  et élèves du Séminaire des Barbelés ont été accueillis au Coudray. Après s’être recueillis sur la tombe de leur ancien Supérieur, Franz Stock, enterré en l'église St-Jean-Baptiste de Rechèvres, ils se sont rendus sur le site du Coudray où ils ont pu se remémorer avec beaucoup d'émotion, les moments si particuliers de leur captivité. Monseigneur  KUNHLE avait séjourné au dépôt de Prisonniers de Guerre Allemands (PGA) n°501 du Coudray  jusqu'au 16 mai 1947, date de retour en Allemagne du premier contingent d'étudiants libérés du Bloc 1. Le Père RUDMANN, quant à lui, était arrivé au dépôt de P.G.A. n°51 d'Orléans le 3 juillet 1945

De retour à Paris  en fin d’après-midi, ils étaient accueillis chez Mme Helga Walbaum, étonnés et surpris de rencontrer encore quelqu’un qui avait bien connu Franz Stock et sa famille.

Le mercredi 25, les deux Chartenser, accompagnés par un ancien curé de la paroisse de Paris, étaient accueillis chez Mme  Benoist pour être interviewés longuement par une journaliste de La Croix.

newsletter fmitglied f

Go to top