LE SEMINAIRE DES BARBELES DU COUDRAY-CHARTRES

LE SEMINAIRE DES BARBELES DU COUDRAY-CHARTRES

Un premier séminaire derrière des barbelés pour des soldats de l’armée allemande est créé en Algérie après la défaite de l'Afrikakorps à l'initiative du Général Robert Boissau, Directeur Général des Prisonniers de Guerre de l'Axe qui en confie la charge à Dom Raphaël Walzer, aumônier des Forces Françaises Libres et ex-archiabbé de Beuron, naturalisé français en 1943 après avoir fui le nazisme en 1934.

L'initiative est reprise en France en 1945 par l'abbé Rhodain qui, à la demande du Général Buisson, en charge l'abbé Le Meur nommé Aumônier général des PGA.

C'est au Dépôt de PGA n° 51 d'Orléans commandé par le Commandant Gourut qu'est installé ce nouveau "Séminaire des Barbelés" dans des conditions extrêmement difficiles. La direction en est confiée à l'abbé Stock, prisonnier de guerre des Américains et transféré à l'armée Française en avril 1945.

Les Américains en ayant transféré la charge à la France, le camp de prisonniers s’installe au Coudray près de Chartres et le commandant Gourut en reçoit le commandement.

Les conditions de vie étant plus favorables que celles d'Orléans, le Commandant accède à la demande de l'abbé Le Meur d’établir le séminaire dans l'un des 12 blocs de cet immense camp de plus de 50 ha.

135 prisonniers dont 106 étudiants arrivent au Coudray le 17 août 1945, rejoints par de nouveaux arrivants, ils seront plus de 350 quand les cours recommencent après les "vacances" d'été qui ont été consacrées à l'adaptation des lieux à cette forme inédite d'enfermement.

Rattachée à l'Université de Théologie de Fribourg puis à celle de Mayence, la faculté de théologie du Coudray, parrainée par l'évêque de Chartres et par le Nonce Apostolique Roncalli, accueillera 939 séminaristes pendant les deux années de son existence chartraine.

L'abbé Stock dirigera ce "Séminaire" inédit jusqu'au 5 juin 1947, date du retour chez eux des derniers étudiants. 630 d’entre eux deviendront prêtres soit pendant leur présence au Coudray, soit après leur départ. Quatre deviendront évêques.

Le plus grand séminaire du monde aura vécu ici dans des conditions "improbables" au vu du contexte historique et humain de cette période de l'histoire, une page « extra-ordinaire » de l'histoire de l'Eglise et de la réconciliation entre la France et l'Allemagne.

Le bâtiment principal du "Séminaire des barbelés" est inscrit à l'inventaire des Monuments Historiques en tant que lieu de mémoire.

Aujourd'hui « Centre Européen de rencontres Franz Stock », restauré, il est ouvert aux visites individuelles ou de groupes, pèlerins ou scolaires et abrite diverses activités, concerts, expositions, théâtre, conférences...