Les Amis de Franz Stock

 
La Maison parentale

Franz Stock a grandi dans cette maison. Ici il a reçu l’amour des siens et un esprit chrétien d’ouverture.

Ses camarades d’école et ses amis ont souvent partagé cette ambiance, lors de discussions en groupe ou de réunions pour fabriquer de petits objets pour leur usage personnel. Ses frères et sœurs l’ont toujours aidé. Le mouvement catholique lui a donné une autre vision du monde. De ce fait, de jeunes français ont souvent partagé la vie de la maison paternelle.

Après le décès des parents et la mort de Franz Stock, sa sœur Franziska, qui avait assuré l’entretien de la maison à Paris, s’est installée dans la maison paternelle avec son mari, Pierre Savi, artiste peintre et conseiller auprès du service culturel de l’Ambassade de France à Bonn. Jusqu’à son déménagement à Berlin, Theresia, la plus jeune sœur de Franz, a également vécu dans la maison. Elle en a fait don à l’Eglise, sous forme d’une Fondation, à la condition que le rez-de-chaussée soit préservé comme « lieu de mémoire et de rencontre Abbé Franz Stock ». Ce rez-de–chaussée contient les meubles du domicile parisien de Franz Stock (entre autres, de magnifiques lits clos bretons), des objets personnels, sa bibliothèque, ses tableaux et ses archives avec lettres, photos et documents divers. L’atelier de son beau-frère, Pierre Savi, est également conservé.

 La peinture à l’huile de Pierre Savi représente
La peinture à l’huile de Pierre Savi représente son beau-frère Franz Stock Sur les murs des oeuvres de Franz Stock

La maison doit représenter plus qu’un lieu de mémoire avec un musée. Elle se doit être un lieu de rencontre où des hommes se retrouvent et échangent, dans l’esprit de Franz Stock. En été, le jardin derrière la maison invite à la flânerie, comme le voulait, de longue date, la coutume de la famille Stock.

Ce lieu de mémoire et de rencontre peut être visité, en groupe ou individuellement, après inscription préalable.

Inscription et informations >>>

 

 

newsletter fmitglied f

Go to top